Jean de la fontaine

 Jean De La Fontaine

Poète moraliste

Poète Moraliste

 Je suis né en 1621 d’une famille bourgeoise de province.

J’ai appris le latin et fait des études de droit, tout en étant attiré par les lettres.

Proche de Nicolas Fouquet, je suis resté à l’écart de la cour royale, préférant fréquenter les salons, dont celui de Madame de la Sablière ou j’ai rencontré Molière, Racine, Boileau…

Durant toute ma vie, j’ai écrit des poèmes, des pièces de théâtre, des livrets d’opéra, des contes et des fables.

En 1684 je suis élu à l’académie Française, malgré l’hostilité de Louis XIV,

« Mes contes licencieux ayant attiré ses foudres royales, hé!hé!hé ! »

Mais ce sont mes 240 fables qui ont été mon chef d’œuvre et sont restées dans les mémoires…

En rénovant de vieux récits traditionnels, j’ai donné aux fables un véritable statue poétique.

« car la littérature doit être utile autant qu’agréable »

J’ai utilisé des animaux pour représenter les grands traits moraux des êtres humains, toute en restant drôle.

Mes fables jugent les actions des hommes quel que soit leurs déguisement animal, ils sont doté d’une nature contre laquelle ils ne peuvent rien, la sagesse consiste à s’en accommoder.

J’ai toujours pensé que…

« plaire est le meilleure moyen d’instruire »

Je me suis éteint en 1695, et suis enterré au cimetière du père Lachaise.

Visitez mes fables

 

Le corbeau et le renard, la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, le lion et le rat, le renard et la cigogne,

 

 

Posted in Contes/Fables.